Requiem pour un peuple

A la sombre lumière des différents événements qui ont eu lieu récemment, pour ne citer que l’arrestation des manifestants marocains ou l’élévation de Ben Laden au rang de "Saif al islam" par une poignée d’obscures oulemas, je me laisse à penser que le monde arabe et musulman s’engouffre dans un abysse où règnent  les préceptes de guerre, d’oppression, obscurantisme et diktats menés par une seule soif de pouvoir en prétextant tour à tour des lois ou des sourates afin de légitimer les actes accomplis, bien trop de désordre pour y rester insensible.

Une tour de Babel se dresse au milieu de ce maelstrom de leaders aux dogmes plus que questionnables, à la limite de l’apathie sauf pour la conservation de leurs centres de pouvoir bien mal acquis. Un souffle d’incertitude caresse les joues de ces peuples, poings liés, qui ne voient plus cette lumière qui a su les guider sur les chemins de la gloire, qui a su fédérer leurs efforts et leurs énergies, qui leur a promis tant de vertus mais qui les trahit inlassablement jour après jour.

Il y’a d’une part ce feu gregeois qui a pris ses racines dans l’islam et qui est attisé de jour en jour par l’eau versée par des oulemas décalés de toute réalité, qui prennent des décisions les unes tout aussi tordues que les autres tout prenant soin d’interpréter les textes à leur convenance. Il y’a également ces fanatiques avilis qui ne savent plus parler sans citer le châtiment de Dieu, nihilistes et défiant toute personne n’adhérant pas à leurs idées, totalement dépourvus de libre arbitre ou de pouvoir de réflexion car sous l’emprise de ces "mécènes" du djihad qui les enjoignent à se sacrifier et à sacrifier tout ce que le monde matériel leur apporte (femme et enfants compris), leur promettant les clés du paradis et le droit à un harem de vierges.

D’autre part, il y’a ces Rastapopoulos, ces Javert, moustachus, rabougris, détenteurs tout juste du certificat d’études primaires (lorsque ce dernier n’est pas falsifié), qui aiment à se complaire dans leur siège au parlement (on leur a promis des rockin’ chair!) ou dans les méandres d’une administration adepte des carnets de sudoku, profitant d’une petite sieste improvisée sauf lorsque de jeunes marocains désemparés, stigmatisés, militent pour le droit de travailler, militent pour leurs droits fondamentaux. Ce n’est qu’à cette condition qu’ils se reveillent et  s’accordent pour prendre la seule décision qui s’impose "Qu’on leur coupe la tête" (dixit la reine de coeur [ndlr: Alice in Wonderland]).

Doit-on naturellement se plier aux humeurs et aux bons vouloirs de ces valets de l’inertie ? Non, je ne pourrais m’y résoudre. A défaut d’écrire l’incipit de ce livre, j’ose inviter les choeurs à initier le chant qui permettra d’en inspirer les prochaines pages. Les rouages de la mécanique commencent tout juste à s’engranger, encore faut-il qu’ils soient huilés.

Je vois ces voix muettes qui ont le désir de s’élever dans les airs, de chanter ensemble un air que leurs grands mères, jadis, fredonnaient et qu’elles puissent toutes ensemble redonner à leur héritage ses couleurs vermeilles. Au delà de l’amertume et de l’indifférence, d’un revers de la main, je les vois balayer ces blessures qui ont marqué leurs corps mais qui aujourd’hui forment le flux de leurs forces. Emergeant du terroir de la mélancolie, les voilà, toutes, marchant main dans la main sur le chemin de la splendeur.

Et comme le disait si bien Khalil Gibran dans le prophète:
Le musicien peut chanter pour vous la mélodie qui est en tout espace. Mais il ne pourrait vous donner l’oreille qui saisit le rythme, ni la voix qui lui fait écho.



  • http://faizaouajdi.wordpress.com Zaz

    Fays, je crois que si ces imbéciles promettaient "les clés du paris et le droit à un harem de vierges." ils n’auraient pas tout ce succès ;) .
    Ils doivent sûrement promettre les clés du Paradis, même si Paris y ressemble beaucoup certains jours.
    Rien de constructif à ajouter à ce billet de qualité; tes écrits sont malheureusement consternants de vérité, et c’est ce qui me laisse triste et perplexe.

  • http://www.subversion.fr/Blog/ Fays

    Ahah, oui, je doute qu’ils soient aussi avides de découvrir Paris (quand bien même ils y trouveraient de nombreuses merveilles cachées).

    C’est rectifié, merci ;)

  • http://murmures.hautetfort.com/ Kenza

    Je rejoins Zaz dans tout ce qu’elle a écrit: ce billet, y’a rien à y ajouter, il est lucide mais triste de lucidité… Je continue à y croire en ce chants qui s’éleverais mais très souvent je suis fatiguée, déçues, désenchantée… heureusement que l’homme est fait optimistes et que certains rêves sont durs à tuer

    Je découvre avec plaisir tes écrits et je suis ravie de te voir chez aussi :)

  • http://fhamator.blogspot.com/ Fhamator

    comment on en est arrivé là? je ne sais pas? il doit y avoir certainement une raison, plusieurs même étalées sur des dizaines ou des centaines d’années d’obscurantisme. Raisons qui expliqueraient tant d’ignorance, de bêtise mais surtout souvent de haine et d’abjection.
    Verrons-nous des jours meilleurs, entendrons nous ce chant, j’envie ton optimisme mais tout me pousse à en douter, tellement ça empire de jour en jour.
    Pourtant, je ne me résigne pas à sombrer dans le fatalisme, peut être parce que ça serait le comble du Fatalisme. je continues à faire comme si la raison l’emporte toujours sur la bêtise, l’amour sur la haine, la tolérance sur le Fanatisme…je fais comme, sans grande conviction. mais tu sais quoi? pour une fois j’aimerais tellement me tromper.

  • http://www.subversion.fr/Blog/ Fays

    Kenza> Je dois être un eternel optimiste, quelque peu utopiste sur certains points, mais j’aime à espérer que les choses changement…

    Et merci! :)

    Fhamator> Je pense que la raison qui nous a conduit à ça c’est le fait d’avoir cultivé l’ignorance d’un peuple. De ne pas lui avoir donné les moyens de s’instruire, d’apprendre, de critiquer. De ce fait, les raisonnements restent limités à un certain cadre de connaissances qui ne lui permettent pas toujours faire le discernement qu’il faut.
    Je pense sincèrement que le changement doit commencer par l’éducation, de manière à ce que les prochaines générations soient les vecteurs de ce changement.

  • http://bigworldlearner.blogspot.com/ Kaoutar

    Fays, your "ramblings" are just impressing.. and soooo true.

    Il y a malheureusement trop de bruit dans le monde pour que les choeurs dont tu parles soient écoutés – du moins pour l’instant…

    Pour le « feu grégeois qui a pris ses racines dans l’islam », je voudrais encore croire qu’il y a toujours des oulémas(de vrais) qui prêchent l’Islam (le vrai) et qui appellent effectivement à la paix et essaient de redonner aux mots leur vrai sens (Jihad, chahada, etc)… mais encore faut-il que leurs voix arrivent avant d’être déformées.

    Mouhim, let’s hope for the best…